30 septembre 2005

Rapport sur le développement dans le monde 2006

Rapport sur le développement dans le monde 2006
Équité et développement (Abégé)

Il y a recul de la pauvreté lorsque des individus, des familles et des communautés tirent parti des opportunités qui s?offrent à eux en travaillant, en investissant et en innovant a?n d?améliorer leur existence. Mais nous vivons dans un monde caractérisé par une extrême inégalité des chances, tant d?un pays à l?autre qu?au sein d?un même pays. Même l?opportunité fondamentale qu?est la simple possibilité de vivre est inégalement répartie : en Suède, moins de 1 % des nouveau-nés meurent avant l?âge d?un an ; au Mozambique, près de 15 % des enfants n?atteignent jamais leur premier anniversaire. En El Salvador, le taux de mortalité infantile est de 2 % pour les enfants dont la mère est allée à l?école, alors qu?il est de 10 % pour les autres. En Érythrée, la couverture vaccinale est proche de 100 % pour les enfants du quintile le plus riche de la population, mais de 50 % seulement pour ceux du quintile le plus pauvre.[...]
(extrait de l'avant propos de Paul D.Wolfowitz).

Document de 35 pages par la banque mondiale disponible en cliquant ici.
il expose par des exemples concrets le document complet.

Le rapport complet rendu déjà disponible sur ce site il y a quelques temps est toujours disponible ici.

26 septembre 2005

Agriculture et exports

Développement humain: L'Afrique, trop agricole pour exporter

Le Rapport annuel au PNUD sur le développement humain est très sévère pour l'ordre économique mondial. Les pays à dominante agricole restent en marge, et ils sont nombreux en Afrique. Il leur faudrait pouvoir transformer leurs produits avant de les exporter. Plus facile à dire qu'à faire.

André Linard (Syfia International)
L?Hebdo

23 septembre 2005

Rapport annuel de la Zone Franc

La banque de France viens de rendre disponible son rapport annuel de la zone franc disponible librement sur son site web.

Cliquer pour obtenir le rapport pour le Burkina Faso.

Voici les perspectives :

La mission du FMI ayant eu lieu en juin 2005 au titre de l'article IV a conduit à une révision à la baisse des prévisions économiques pour 2005. Selon le Fonds, le taux de croissance réelle s'établirait à 3,5 % et l'inflation atteindrait 4,0 %, en moyenne annuelle. Le déficit budgétaire, base engagements, hors dons s'accentuerait et représenterait 9,5 % du PIB. Cette évolution résulterait de l'augmentation des dépenses courantes, induite notamment par la hausse de la contribution de l'État à la couverture du déficit de la filière coton, en raison notamment de la surprime versée aux producteurs (cf. supra). Du fait de la baisse du prix à l'exportation du coton, le déficit de la balance commerciale s'aggraverait.
Tout en faisant face au défi d'accroître les dépenses nécessaires à la lutte contre la pauvreté, le
Burkina Faso doit veiller à la soutenabilité à long terme de ses finances publiques. Dans cette optique, le FMI encourage les autorités du pays à accélérer la mise en oeuvre des réformes structurelles, notamment budgétaires et à porter une attention particulière à la diversification de la production et au développement d'un secteur privé dynamique.

Voici également le rapport Jumbo d'avril 2005 de la zone franc.

22 septembre 2005

Le coton transgénique divise toujours les acteurs

OUAGADOUGOU, 21 sep (IPS) - Le Burkina Faso est le premier pays d'Afrique de l'ouest à avoir autorisé des essais en champ de coton transgénique appartenant aux firmes Monsanto (coton BT) et Syngenta (coton VIP).
L'autorisation était accordée en juillet 2003, et le pays avait même accueilli en juin 2004, une conférence internationale sur la biotechnologie. Mais la polémique fait rage sur la culture transgénique, depuis la restitution, en février dernier, dans la capitale Ouagadougou, des résultats de deux années de recherche et d'expérimentation (2003 et 2004) du coton transgénique Bollgard II dans les stations de recherche de Farako-bâ et de Kouaré, localités situées respectivement dans l'ouest et l'est du Burkina. Appréciant les résultats des premiers essais sur le coton transgénique, les chercheurs de l'Institut de l'environnement et de recherches agricoles (INERA) et ceux de la firme américaine Monsanto sont parvenus à une conclusion favorable. Son utilisation ''permet d'entrevoir non seulement une réduction très significative de la quantité d'insecticide utilisée en culture cotonnière, mais aussi d'augmenter les rendements du coton graine'', selon le document de synthèse de l'INERA. Pour les adversaires du coton transgénique, ces premiers essais pourraient ouvrir la voie à sa commercialisation dans toute l'Afrique de l'ouest, avec des conséquences socioéconomiques imprévisibles. ''La recherche a fait son travail et elle a permis de confirmer certains postulats, à savoir, le Bt est efficace dans la lutte contre les chenilles qui endommagent le coton. Ce sont des résultats qui donnent des indications au niveau de la recherche, mais pas au niveau de l'exploitation'', selon François Traoré, le président de l'Union nationale des producteurs de coton du Burkina (UNPC-B). ''Aucune structure, à ce jour, n'a été mise en place pour assurer l'application des textes de réglementation'', explique Jean-Didier Zongo, professeur de génétique à l'Université de Ouagadougou et président de la Coalition de veille face aux organismes génétiquement modifiés (OGM) au Burkina Faso. La Coalition de veille anti-OGM est née depuis fin 2004, regroupant des associations de la société civile et des scientifiques, pour approfondir la réflexion et mettre en garde contre les dérives de la culture transgénique. Evoquant la possibilité d'une mainmise totale des firmes sur la filière coton de la sous-région, Pascal Sanou, ingénieur agronome affirme à IPS que ''Le coton BT n'est pas un moyen efficace de réduire l'utilisation d'insecticides; il en existe d'autres plus efficients, mieux convenables, avec moins de risques. Je pense qu'il y a plutôt une volonté d'accroître les profits et le contrôle, par les multinationales, de la production cotonnière de la sous-région''. ''Quelle garantie a-t-on par rapport à l'incidence sur la santé des populations, l'environnement et le sol même?'', demande-t-il. Pour Madou Soulama, l'un des plus grands cotonculteurs de la région de l'ouest, ''le prix pour la variété de coton génétiquement modifié qu'on expérimente ici dépasse les 50.000 francs CFA (100 dollars environ) par hectare, tandis qu'actuellement, les producteurs dépensent en moyenne 37.000 FCFA (74 dollars) pour les pesticides. Il paraît alors évident que le coton BT ne permet pas de lutter contre la pauvreté''. ''L'introduction des organismes génétiquement modifiés dans le secteur agricole africain n'est pas la priorité pour ce qui est de la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement'', confie à IPS, Marc Kaboré, consultant pour des questions de l'environnement, opposé à la culture transgénique. Le Burkina Faso est l'un des plus gros producteurs de coton du continent, avec une production de plus de 600.000 tonnes cette année. Tout un pan de l'économie repose sur cet or blanc, à tel point qu'il constitue, selon le ministère des Finances et du Budget, le premier produit d'exportation du pays, avec un chiffre d'affaires de l'ordre de 417 millions d'euros (environ 500 millions de dollars). Produit par 2,5 millions de paysans burkinabé sur les 11 millions d'habitants du pays, le coton contribue pour 35 pour cent du produit intérieur brut (PIB) et assure près de 60 pour cent des recettes de l'Etat, selon le ministère des Finances. De l'avis des techniciens de l'INERA et de Mosanto, les résultats des premiers essais, quoique préliminaires, montrent que le coton Bollgard II semble plus efficace dans la lutte contre les insectes ravageurs au Burkina, où le rendement moyen à l'hectare - de 1,1 tonne - est jugé faible alors que les récoltes sont souvent compromises par les ennemis des cultures. ''Aujourd'hui, un hectare de coton OGM donne environ trois à 3,5 tonnes. Celui d'un coton classique donne environ 800 kilogrammes ou, dans le meilleur des cas, 1,2 tonne'', déclare à IPS, Salif Diallo, ministre de l'Agriculture. ''La biotechnologie serait également un moyen d'atteindre l'autosuffisance alimentaire. Ensuite, elle participera à la compétitivité de l'économie rurale''. Les premiers semis ''en champ isolé'' sur les deux stations de l'INERA avaient pour objectif de prouver ''la viabilité'' du coton bacillus thuringiensis ou 'BT' mis au point par Monsanto, dans les conditions climatiques burkinabé. Ces essais devraient montrer également sa capacité à ''s'auto-protéger'' contre les chenilles Helicoverpa qui compromettent, chaque année, environ 50 pour cent de la production totale. Ils devraient permettre enfin d'étudier la rentabilité économique de la technologie BT dans les conditions de culture au Burkina. Selon Oula Traoré, chef de programme coton de l'INERA, ''ces expérimentations ont permis d'enregistrer des résultats probants. Elles ont en effet révélé que le gène BT (ou Bollgard II) n'influence pas la précocité et le rendement égrenage du coton, (mais) augmente les rendements en coton graine, contrôle efficacement les populations des larvaires, des lépidoptères carpophages et phyllophages'' (Ce sont des familles d'insectes et chenilles ravageurs du cotonnier). ''Il faut aujourd'hui que l'Afrique pense par elle-même car on pense que ce qui est bon pour les autres ne l'est pas pour elle. Il convient que les Africains s'approprient cette technologie'', souligne à IPS, Alassane Séré, ancien ministre des Ressources animales et promoteur de Burkina Biotech Association (BBA). C'est une tribune de chercheurs burkinabé pour faire entendre la voix de vrais spécialistes des biotechnologies. Le coton transgénique est donc ''à priori, une alternative aux charges en intrants évaluées à 30 milliards de francs CFA (47,7 millions d'euros) par an dont 10 milliards de FCFA (15,2 millions d'euros) pour les pesticides'', explique à IPS, Georges Yaméogo, directeur de production à la Société des fibres et textiles du Burkina. ''Les essais ne signifient pas que le Burkina Faso a autorisé les cultures commerciales d'OGM. Cette décision n'est pas encore prise'', a tenu à préciser, lors de la restitution, Laya Sawadogo, ministre de la Recherche scientifique, qui a encouragé les chercheurs à ''toujours persévérer dans leur domaine afin que les résultats de ces essais soient de plus en plus performants''. ''Naturellement, nous devons compter sur la science en tant que facteur de progrès humain et nous ne saurions exclure la possibilité d'utiliser cette technologie si elle est opportune, mais il faut beaucoup de prudence'', assure Issa Tondé, l'un des plus grands cotonculteurs de la région de l'est au Burkina. Du coté des techniciens, on croit fermement que le mouvement est irréversible. ''Le transgénique va bientôt envahir les marchés; si nous ne l'introduisons pas, les producteurs vont, dans tous les cas, s'en procurer autrement'', estime Hamidou Boly, directeur de l'INERA. Pourtant, les premiers concernés que sont les producteurs ne sont pas encore très emballés. ''Le coton est utilisé pour s'habiller, mais ses graines se consomment. Les OGM, on nous répète à l'envi que c'est bien pour la rentabilité, n'empêche qu'il y a un large champ d'incertitudes'', avertit Traoré de l'UNPC-B. ''On doit appliquer le principe de précaution''. La même méfiance est partagée par les religieux. ''Il est urgent d'attendre, il est plus facile d'ajouter du sel dans une sauce trop fade que d'en retirer quand celle-ci est trop salée'', fait remarquer le père Maurice Oudet de l'église catholique. ''Même si aucune résistance des insectes n'a été encore constatée, ni aucune allergie chez l'homme, il faut faire attention et ne pas se précipiter'', estime, pour sa part, l'imam Ibrahim Kouanda de la communauté musulmane burkinabé. Cette méfiance n'est pas partagée pas certains. ''Le retard technologique de l'Afrique est venu du fait que chaque fois qu'une nouvelle technologie est née, il y a des gens qui disent que l'Afrique n'est pas mûre pour cela. Elle devient consommatrice, sans avoir participé à l'élaboration de cette technologie'', déplore Séré de BBA. ''La biotechnologie est la technologie du 21ème siècle et personne ne peut y déroger durablement''. ''Il n'existe aucune étude fiable sur les conséquences de la culture transgénique à long terme. Le principe de précaution, jusqu'alors appliqué, pourrait être mis à mal par des impératifs économiques immédiats'', soutient l'économiste Moussa Nogo. (FIN/2005)

Tiego Tiemtoré

Source : IPSnews

14 septembre 2005

Soudure

Henry Marie Dieudonné Yaméogo est en tournée dans les provinces regroupant sa région. Le 31 août 2005, le gouverneur, accompagné d'une forte délégation, a sillonné deux départements relevant des provinces du Yatenga et du Lorum.
Dans l'ensemble, la saison agricole s'annonce bien, même si des poches de sécheresse ont été observées dans le mois d'août.

Jean-Victor OUEDRAOGO
(AIB/Ouahigouya)
Sidwaya

La campagne agricole 2005

Ve Conférence francophnoe des OING - Diouf au Faso

L'Agence intergouvernementale de la Francophonie (AIF), en partenariat avec le gouvernement du Burkina Faso, organise les 12 et 13 septembre 2005 à Ouaga 2000, la Ve conférence francophone des Organisations internationales non gouvernementales (OING) et autres de la société civile.
Cette conférence se penchera sur les relations entre la Francophonie institutionnelle et celle "de terrain". Elle élira également un président et un comité de suivi de ladite.

A. Verlaine KABORE
Boureima SANGA
Alassane KARAMA
Ismaël BICABA

Ve Conférence des OING

ACP-UE

Thierry Cornilliet, député européen, vice-président de l?Assemblée parlementaire paritaire ACP-UEmercredi 14 septembre 2005.
Présent à Ouagadougou dans le cadre de la Ve Conférence francophone des OING (Organisations internationales non gouvernementales), l?honorable Thierry Cornilliet s?est entretenu avec nous de l?état de l?Europe et de la coopération entre celle-ci et le Burkina Faso.

Boubakar SY
Sidwaya

L'entretien paru dans le Faso:

ACP-UE

13 septembre 2005

National Geographic : Spécial Afrique


National Geographic : spécial afrique Posted by Picasa

Le sommaire de la revue se trouve sur le site officielle, avec en particulier, un dossier sur le SIDA en afrique subsaharienne avec des témoignages.

L'afrique dans les faits
Les chiffres d'un continent racontent son histoire

  • % des masses continentales totales de la planèete : 20.
  • Population : 900 millions, soit 14% de la population mondiale.
  • % de la population ayant moins de 25 ans : 71.
  • Nation la plus peuplée : Nigéria, 131 millions d'habitants.
  • Nombre de réfugiés : 15 millions, dont 3,3 millions ayant fui leur pays natal à la suite des conflits et environ 12 millions de déplacés dans leur propre pays.
  • Nombre de langues parlées : plus de 2000.
  • Nombre de musulmans : 358 millions.
  • Nombre de chretiens : 410 million.
  • % de la population dépendant de l'agriculture pour sa subsistance : 66.
  • Revenu moyen : 50% des Africains vivent avec moins d'1 euro par jour.
  • Nation la plus riche : L'île Maurice, avec un PIB par habitant de 11 000 euros environ.
  • Nombre de pays lourdement endettés : 32 sur les 38 nations de la planète classées dans cette catégorie par le FMI et la Banque mondiale.
  • % de la population ayant accès à une eau potable assainie : Afrique subsaharienne -zones urbaines, 82, zones rurales, 45; Afrique du Nord - zones urbaines, 96, et zones rurales, 84.
  • Nombre d'armes à feu en Afrique subsaharienne : 30 millions.
  • Taux de mortalité infantile (de la naissance à 1 an) : 102 pour 1 000 en afrique subsaharienne; 33 pour 1 000 en Afrique de Nord.
  • Espérance de vie : 46 ans en Afrique subsaharienne; 67 en Afrique du Nord.
  • Principale cause de décès : Le sida.
  • Taux d'alphabétisation (15 ans et plus) : 60%
  • Pays le plus alphabétisé : les Seychelles, avec un taux d'alphabétisation de 92%.
  • Pays le moins alphabétisé : Le Burkina Faso, avec un taux d'alphabétisation de 12,8%.
Source : Charles E. Cobb, Jr, National Geographic, Septembre 2005.

  • Nombre de personnes ayant le VIH dans le monde : 40 millions, nombre en Afrique subsaharienne : 26 millions.
  • Taux le plus élévé de personnes séropositives : 22% au Botswana.
  • % de personnes séropistives dans le monde ayant entre 15 et 49 ans : 1,1% ; % en Afrique subsharienne : 8%.
  • Nombre de personnes contractant chaque jour le VIH en Afrique subsharienne : 8 500; nombre de personnes mourant du sida chaque jour : 6 300.
  • Nombre d'enfants de moins de 18 ans devenus orphelins à cause du sida dans le monde (depuis 2003) : 15 millions ; nombre en Afrique subsaharienne : 12,3 millions.
  • Nombre de Sud-Africains séropositifs : 5,3 millions, plus que dans n'importe quel autre pays.
  • % de femmes enceintes en Afrique du Sud ayant été contrôlées positives pour le VIH en 2004 : 27,9%.
  • Nombre de Sud-Africains nécessitant des médicaments ARV pour empêcher le developpement de la maladie et la mort : 983 000; nombre de ceux qui reçoivent une médication : 117 000.
  • Coût annuel par patient d'un trithérapie générique ARV à Lusikisiki : environ 650$; coût par patient pour des médicaments ARV aux Etats-Unis : de 10 000 à 15 000$.
Source : UNAIDS - National Geographic - Septembre 2005

10 septembre 2005

10 septembre : 2ème Journée mondiale du bandeau blanc


10 septembre : 2ème Journée mondiale du bandeau blanc

Après le 1er juillet, le 10 septembre sera la 2e Journée mondiale du bandeau blanc : journée de mobilisation internationale sur les Objectifs du Millénaire pour le développement.

Le signe de ralliement reste le même : un bandeau blanc que chacun-e est invité-e à porter, et chaque municipalité encouragée à arborer.

Plusieurs villes françaises seront de nouveau mobilisées ce jour-là, le plus souvent à l?initiative de regroupements associatifs locaux, départementaux ou régionaux. Vous retrouverez ci-après le détail des actions prévues, ville par ville.

Toutes les informations sont sur le site officiel

07 septembre 2005

Restaurant Gondwana


28 Juillet 2005 - 20h - Restaurant Gondwana à Ouaga Posted by Picasa

Cathédrale de Ouaga


28 Juillet 2005 - 17h - Cathédrale de Ouaga Posted by Picasa

Les rues de Ouaga


28 Juillet 2005 - 16h - Ouaga Posted by Picasa

Au boulot!


28 Juillet 2005 - 15h - Au boulot! Posted by Picasa

Marché à Ouaga


28 Juillet 2005 - 12h - Un marché à Ouaga Posted by Picasa

Village artisanale à Ouaga


28 Juillet 2005 - 10h - Village artisanale à Ouaga Posted by Picasa

Chez thomas


28 Juillet 2005 - 00h36 - Arrivée chez thomas - Ouaga - Zone du bois - 34 Logements Posted by Picasa

En vol - Nous


27 Juillet 2005 - 16h30 à 22h30 - En vol Posted by Picasa

En vol - Paysages


27 Juillet 2005 - 16h30 à 22h30 - En vol Posted by Picasa

Départ Aéroport Charles de Gaulle


27 Juillet 2005 - 16h - Depart Posted by Picasa