30 juin 2005

EXPO A PARIS


Posted by Hello
Africa Remix, l'art contemporain d'un continent
Jusqu'au 8 août, 11h-21h (sauf mardi), 11h-23h jeudi), centre Georges-Pompidou, place Beaubourg, (5-7 euros)
Art africain contemporain ou art tout court ? Telle est la question que l'on peut se poser pour cette "Africa Remix",imposante exposition consacrée aux artistes de tout le continent, réunis à Beaubourg, qui fait suite à l'exposition fondatrice, "Magiciens de la terre", organisée il y a quinze ans à Paris. Divisée en trois parties, identité et histoire, corps et esprit, ville et terre, l'exposition fourmille de propositions et de positions estétiques et morales, des peintures réalisées à partir de tissages de Ghada Amer aux aquarelles de Barthélémy Toguo, de l'installation photo et vidéo de Pascale Marthine Tayou aux peintures pertinentes de Chéri Samba, des dessins animés rêveurs de William Kentridge aux portraits chocs de Marlène Dumas.

EXPO A PARIS


Posted by Hello

Isaac Julien - Espace 315
Jusqu'au 15 août, 11h-21h (sauf mardi), centre pompidou, place Beaubourg (5-7 euros).
L'exposition consacrée à l'artiste Isaac Julien, né à Londres en 1960 de parents antillais, pourrait décevoir tant le dispositif artistique paraît un rien mince : une photographie et une salle de projection dotée de quatre écrans. Pourtant, son film "Fantôme créole", se référant à "l'Afrique fantôme", de Michel Leiris, mêle adroitement images de glace en Scandivanie, terres arides et vie quotidienne au Burkina Faso. Echo original à l'exposition "Africa Remix"...

29 juin 2005

Pas si loin


Pas si loin Posted by Hello

Histoire de changer de point de vue des planisphères vue par les riches, voici un aperçu du trajet que nous allons faire.

Banfora


Banfora Posted by Hello

La balade sur Google Earth m'a amené sur Banfora et ses environs, on y vois en particulier le lac de Tingrela et des énormes cultures circulaires au nord.

Google Earth


Google Earth Posted by Hello

Un nouvel outil gratuit dans son service de base : Google Earth
Plutôt pratique, puisque ça nous offre une carte vue de satellite du monde entier (dans différente résolution suivant les pays, les états-unis et l'europe de l'ouest sont en excellente résolution, certaines grandes villes américaines avec des vues en 3D) et donc du Burkina Faso, une simple recherche de : Ouagadougou nous y amène directement, et on peut se balader sur tout le burkina faso dans une résolution raisonnable pour avoir un bonne aperçu des routes, lacs, villes, ...
Les cartes sont constituées à partir d'images satellites d'au plus 3 ans.

18 juin 2005

Musique


Mamadou Diabate - Tunga Posted by Hello

Voici "Tunga" (2000) de Mamadou Diabate, jeune virtuose Burkinabè de la kora (harpe à 21 cordes) né d'une famille Jèli (griot) depuis de nombreuses générations. Il a joué avec Farafina, Coulibaly, et autres grands groupes du Burkina. 2000, c'est le début de sa carrière international, principalement en europe et en afrique. Il a de nombreuses influences maliennes, et c'est d'ailleurs avec l'un de leurs instruments traditionnels qu'il débute : la kora qu'il marie avec le balafon et autres instruments du Burkina Faso. Sur cet album très doux, ou le blues à la "malienne" se pose et l'afro-jazz se reveille. Chant, percussion, basse, harpe crée un album riche en couleur et d'une finesse rare. Jamais répétitif, moins traditionnel que tous les autres albums Burkinabè que j'ai écouté, "Tunga" passe en tête.

17 juin 2005

Films


Delwende Posted by Hello

DELWENDE (LEVE-TOI ET MARCHE)
réalisé par St. Pierre YAMEOGO
Un Certain Regard - Prix de l'espoir (Cannes 2005)

Drame contemporain, 1h30

Au Burkina Faso, les coutumes ancestrales font souvent force de loi, dans un état confronté à la misère et au poids des traditions.
Dans les campagnes, en effet certaines morts inexpliquées sont attribuées à des mangeuses d'âmes, c'est-à-dire des femmes qui en raison de leurs pouvoirs occultes et maléfiques sont selon les villageois responsables de ces disparitions.
Ces femmes sont alors marginalisées et deviennent les boucs émissaires de toute une société.

Diffusé au Burkina Faso depuis le 1er juin 2005 et bientôt en France (a surveiller).
Critique de Libération
Critique Le Faso.net

Delwendé : 13/05/05
La présentation de Delwende (Lève-toi et Marche) dans la section Un Certain Regard marque la première venue au Festival de Cannes du réalisateur S. Pierre Yameogo. Très actif au Burkina Faso, il s'applique à défendre des valeurs essentielles tout en essayant de "secouer" un continent dont l'évolution sociale est ralentie par certaines coutumes.

Delwende évoque le triste sort réservé à certaines femmes considérées comme des "mangeuses d'âmes". Dans les campagnes, on les dit responsables des morts restées inexpliquées. Marginalisées, ces femmes deviennent alors les boucs émissaires de toute une société.

S. Pierre Yameogo s'explique sur ses intentions : "C'est effrayant, beaucoup de personnes dans la capitale croient encore aujourd'hui à cette légende de "mangeuse d'âmes". Ce film a pour but de faire évoluer les mentalités, de contrer ces croyances et de réveiller une partie de l'Afrique. Je veux montrer que certaines personnes trichent et utilisent ces traditions à leur avantage."

journée mondiale de lutte contre la désertification


Desertification Posted by Hello

La Journée mondiale de la lutte contre la désertification et la sécheresse (17 juin) marque l?anniversaire de l?adoption de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD), créée en 1992, suite à une recommandation du Sommet Planète Terre de Rio.

On estime que chaque année, 6 millions d?hectares de terres productives disparaissent (Source : Nations Unies). Près d?un tiers du globe serait menacé par ce fléau.
Faits et Chiffres: Désertification et sécheresse (Source UNESCO pour l'année internationale de l'eau douce en 2003)

Sos Sahel existe depuis bien plus longtemps (1976) et agis directemment sous plusieurs formes (Developpement agricole, accès à l'eau, accès à la santé, protection de l'environnement). Leur dernière lettre propose un Dossier spécial sur la desertification et parle, par exemple, de leurs actions dans de nombreux villages Burkinabè (au nord, frontière avec le Mali) Takiré pour lutter contre cette desertification.
La lettre précédente propose un dossier spécial sur les criquets migrateurs qui ravage les cultures et donc assèche les sols par la même occasion.
La lecture de ces lettres et très rapide et facile.

L'association SOS Sahel propose un concert de soutien en France : Jam'Sahel ou seront réunis plus de 100 musiciens.
Avec Manu Dibango, Paco Sery, Les Nubians, Brice Wassy, JP Rykiel, Tamango, China, Paban Das Baul, Didier Malherbe, Queen Etemme, No Bluff Sound, Sally Nyolo, Jovino Dos Santos, Rockin'Squat, Juan Rozoff, Ali Wagué, Vicky Edimo, Patrick Bebey, Toops Bebey, Begane Dour, George Momboye, Yakhuba Cissoko, No Jazz, Mao Otayek, Hervé Lebongo, Neshwa, Félix Sabaleko, Stéphane Castri, Laurent de Wilde, Elvita Delgado, Guy Nsangue, Loy Ehlrich, Wild Congo, Julien Goualo, Kabine Kouyaté, Cheick Tidiane Seck...

AU CABARET SAUVAGE
59 boulevard Mac Donald 75019 Paris
Le 17 juin 2005 de 20h à 4h
entrée : 17 euros en pré vente / 15 euros sur place
location points de vente habituels
informations : 01 46 88 93 70

16 juin 2005

Se tromper d'adresse sur ouaga

si vous taper plus vite que votre ombre l'url du blog vous aurez peut etre la chance de découvrir
http://ouaga.blogpot.com/

Stars de la pop

En matière de musique n'oublions pas les stars burkinabè:

Bil Aka Kora dit "bilbil" par les jeunes de la rue. J'ai assisté au concert qu'il a donné à l'occasion du festival "Jazz à Ouaga" dans lequel les jeunes organisateurs du CCF ont tenté de mélanger les cultures Jazz. Si la programation était effectivement hétérogène, le publique n'a pas toujours suivit et ce sont les deux stars africaines qui ont fais salle comble. En revanche le groupe Suisse porté expérimentale avec ses conques et autres cors savoyard associés au haut-bois et à la guitare électrique n'a étrangement attiré que des nassaras comme on en croise aux halles (ça me rappelle un fameux concert...).
Le groupe Yeelen est en vogue également mais je les connais moins, ils sont plus portés rap...à l'africaine. Sinon le style musicale des maquis c'est le "coupé-décallé". C'est la pop du coin, des paroles simples (texto "coupé décallé décallé"), une musique syncopée et répétitive à souhait faite pour danser. Les pas de danses sont assez caractéristiques et un modèle simplifié des danses traditionnelles (spéctaculaires d'ailleurs).

Pas de commentaires subtiles pour ma part, juste un lien:

www.bilakakora.com

Musique


Farafina - Faso Denou Posted by Hello

Nouvelle écoute, et pas des moindres qu'est celle de l'album du groupe Fara Fina - Faso Denou (1993). Il s'agit d'un ensemble de percussions et de danses mandingue de Bobo-Dioulasso formé de plusieurs groupes de jeunes à son image renouvelé au cours des années. Ce groupe existe depuis plus de 20 ans et a connu un impact international rapidement. Cet album ce situe après après 10 ans de représentation à travers le monde et les influences de divers pays en particulier l'amérique de sud s'en ressens. Les tam-tams, flûtes et voix s'enchaine sans jamais tomber dans les rythmes répétitifs et la banalité. La cadence bien qu'inspirée de la musique traditionnelle est résoluement moderne dont le titre "Hereyo Mibi" en est peut-être le meilleur reflet. D'autre titres comme "Nanore" et "Ouradara Sidiki" se démarquent également des neufs plages de cet album avec une cloture "Bi Mousso" des plus énergique ou l'on imagine des danseurs tournant sans cesse.

Disponible sur amazon pour 8,20 euros.

15 juin 2005

Paul Wolfowitz à Bobo-Dioulasso


Paul Wolfowitz Posted by Hello

Pas trop suprenant cette visite qui tombe juste après avoir "annulée" les "dettes" des 18 pays les plus pauvres (dont le Burkina Faso fais partis). il est interessant de croiser les informations officielles américaines et africaines qui ne parlent pas du tout de la même chose, dont voici une sélection :

-AFP - Washington
-Le Faso.net : projets pour le Burkina Faso
-San Finna : Manoeuvres de récupération

Au programme, aide pour la lutte contre le Sida, pret (et pas don) de 33 milliards de FCFA pour le pays, "annulation" de la dette, visite de SOFITEX (coton), et surtout, visite du chef d'état et des autres hommes politiques proposant des alternatives pour les prochaines elections de novembre...

L'enthousiasme des médias Burkinabè m'étonne vu les différentes annonces d'annulation de la dette à plusieurs reprise dans le passé.
Thomas : est-ce que tu as des noms des hommes politiques qui propose des alternatives au président actuel pour les prochaines elections ?

Le titre


Tasuma Posted by Hello

Petit commentaire du site officiel:
Tasuma
a été tourné en Mai et Juin 2002 dans la ville de Bobo-Dioulasso
et le village de Koro au Burkina Faso.
Il est disponible au prix de 25 euros sur le site de Ciné3mondes
-->
Lundi matin, Sogo, sa musette et son vélo, s'en va vers Bobo pour toucher sa pension, le vent dans le dos, le destin au loin, puisque c'est ainsi, il reviendra demain...C'est cette chanson de Doba le fou qui accompagne Sogo Sanon «Tasuma» de son surnom un ancien tirailleur qui a combattu dans les rangs de l'armée française durant les guerres d'Indochine et d'Algérie.Ce lundi matin, après de longues années d'une infructueuse et pénible attente, Sogo est convaincu qu'il va enfin toucher sa pension de retraite d'ancien combattant, une véritable fortune pour lui! Devant la paierie, ses anciens frères d?armes patientent paisiblement. Sogo y croise son ami Khalil, célèbre commerçant libanais. Si sûr qu?il est de toucher son dû, et tellement pressé de rendre service aux femmes de son village, Sogo lui achète un moulin à crédit. Pour Sogo, c?est un jour de gloire. On le fête, lui et son moulin et le vieux chef du village lui offre sa propre fille en mariage!Mardi, mercredi... Doba et les enfants chantent toujours. Sogo en dépit de ses démarches n'a rien perçu. Il se rend chez le préfet, en vain. Il demande de l?aide à son ami lieutenant de la gendarmerie, en vain, toujours rien! Alors le vendredi matin, les poches toujours vides, Sogo se fâche. Son fusil en main, il se précipite chez le préfet, le prend en otage, et lui dicte une lettre à l?intention du Général de Gaulle...
Cinquante deux ans après la seconde guerre mondiale, et quarante deux ans après les indépendances africaines, beaucoup pensent que l'aventure des «tirailleurs sénégalais» est terminée. Non. Ils sont là, extraordinairement vivants. Rescapés et figures irremplaçables, ces légendaires héros sacrifiés dans des guerres qui, sans aucun doute furent si peu les leurs, sont présents dans quelques familles au Burkina Faso.Libérés de leurs obligations militaires dès le début des indépendances africaines, les «tirailleurs sénégalais» Sénégalais, Burkinabè, Maliens, Tchadiens, Congolais etc , qui ont accomplis quinze ans effectifs dans l?armée Française ont bénéficiés de la pension d'ancienneté. Les autres ont eu droit à la pension proportionnelle et à 65 ans tous ceux qui ont effectués 90 jours sous le feu ont droit à la pension dite retraite du combattant.Respectés et entourés, ils sont les éléments toujours vivants de la saga africaine.Cependant, l'histoire du héros de notre film n'est qu'une fiction nourrie par les éléments dramatiques d'une réalité spécifique, celle qu'ont vécus et vivent encore certains «tirailleurs sénégalais».L'histoire de Tassouma est aussi l'évocation d'un fait historique, celui du statut particulier des anciens combattants d'Afrique noire pensionnés de la République Française jusqu'à nos jours.

SANOU KOLLOOctobre 2002
Sinon un site qui prorpose des liens intéressants:

http://www.tradepoint.bf/

médias2

14 juin 2005

...

Bon c'est un peu un quasi monologue ce blogg. Heureusement que Jimmy est là pour relever le niveau.
C'est qu'il en a des choses à dire l'animal, nous autres consommateurs par contre.

Bon voilà je trouve ça assez drôle de survoler les interventions et de relire ce fameux:
"Commençons!" plein d'espoir et d'entrain. Lequel n'a d'ailleurs pas tarit, mais si peu suivit.

J'allie la parole aux actes et moi aussi j'y vais de mon petit film qui s'appelle je sais plus comment je vous dirais ça demain, mais il dépeint assez bien l'ambiance burkinabè. C'est l'histoire d'un vieux combattant de l'armée française qu'en peut plus de faire des aller-retour entre bobo et son village pour récuprer sa pension. C'est drôle, aussi parce que c'est pas très bien joué.

Films


Samba Traoré Posted by Hello
Voici un site qui propose des dvd de films Burkinabè à des prix abordables (25 euros le dvd) comparé à amazon (50, 60 euros le dvd).
Sur ce site, une recherche sur "Burkina Faso" nous amène à 16 films.

Les films de "Idrissa Ouedraogo" semblent particulièrement interessant :
"Yaaba", 1989, Prix International de la Critique - Festival de Cannes 1989
"Tilaï", 1990, Grand Prix du Jury à Cannes 1990
"Samba Traoré", 1992, Ours d'Argent - Festival de Berlin 1993

13 juin 2005

Souveraineté Alimentaire

Les filières rizicoles en Afrique de l'Ouest et la nécessité de la souveraineté alimentaire

Cas du Burkina Faso

Aux éditions du SEDELAN, dans la collection "les APE en question"

Document complet au format Word
Document complet en pdf

Document interessant qui parle des inquiétudes des Burkinabè sur son agriculture, notamment celle du riz. Il existe des production de riz au Burkina, mais la population consomme du riz de mauvaises qualités, importés ainsi que d'autres productions de consommation courante (pain avec du blé européen, pates, ...). Les accords étant en cours (déjà accepté (evidemment) par l'europe) le débat est vif et la prise de conscience du peuple semble grandir.

Pour aller plus loin : ABCburkina

11 juin 2005

Musique


Allakomi Posted by Hello

Troisième album, c'est celui d'allakomi (1999). C'est l'album d'un père et de ces sept enfants originaire de Bobo Dioulasso au Burkina Faso. Le père est partis au Canada en suivant le groupe Farafina et a décidé de s'y installer. De là, il eu l'envie de continuer et de concrétiser ce qu'il a toujours fais, de la musique, avec sa famille et depuis 1997 le groupe de produit dans de nombreux concerts aux Etats-Unis et au Canada. Cette famille nous donne un cocktail de musique avec des instruments traditionnels (Chacun le sien : Djembé (tambour), tama (tambour), soukou (petit violon africain), ngoni (harpe-luth), markas(hochet), bara(timbale), doumdouba(tambour), balafon(xylophone africain)) avec des touches de folk "terreux" et de blues "à la Malienne" (Comme Boubakar Traoré pour ceux qui connaissent).

Musique


Lassina Coulibaly et Yan Kadi Faso Posted by Hello

Le deuxième album que je viens d'écouter, c'est celui de Yè Lassina Coulibaly et Yan Kadi Faso : "Burkina Faso - Mali : Musiques actuelles" de 1998. Il s'agit d'une rencontre entre le Mali et le Burkina Faso, l'album ayant été réalisé dans les deux pays. Créer, recréer une musique africaine mélodique parlant à tous, avec des instruments traditionnels, telle est l'ambition de Yé Lassina Coulibaly. Kora, balafon, flûte, sokou (vielle), percussions, font résonner les identités musicales des différents groupes culturels du Burkina Faso et du Mali. Associés de façon originale et libérés de leurs rôles socio-traditionnels, les instruments du groupe Yan Kadi Faso dialoguent pour la reconnaissance d'une identité culturelle africaine trans-ethnique. Ici, chaque instrumentiste est valorisé en passant du rôle d'accompagnateur à celui de soliste pour nourrir la mélodie de ses accords les plus subtils. Influences du chant islamique, puissance du fond animiste bambara, legs des cultures pastorales. "Je m'inspire du 'na sao', le passé", dit Lassina, qui a choisi pour l'enregistrement de son premier CD un ensemble de genres et de titres classiques, inspirés des diverses formes du savoir oral des peuples du Sahel.

Je vous invite à écouter "la kora", dont les notes cristallines évoquent des atmosphères paisibles, ne manque pas de donner également sa contribution au tempo de la chanson.

10 juin 2005

Engrais

chiffres

Bon rien à redire sur les données sociales, elles sont inchangées depuis longtemps (ou trop peu pour être exactes) et sont considérées (très récemment, je vous enverrais l'article si ça vous dit) comme non fiables par la représentation de la BM locale.
Pour faire simple (et parce qu'à part Jimmy je me doute que tout le monde s'en carre les patates, mais t'inquiète je t'enverrais un petit dossier précis rien que pour toi) le principal partenaire du pays c'est l'Europe et oserais-je poser un nom sur le mystérieux mécène?! Notez que l'Europe est non seulement premier acheteur mais aussi premier vendeur. Derrière ça se bouscule, et même si l'Asie rue dans les branquards la sous-région reste le deuxième partenaire à l'import-export du pays. Pourquoi s'intéresser tellement au commerce extérieur des burkinabés? Mais parce que c'est sur les taxes douanières que vit l'Etat et que c'est sur les investissements publiques que vit l'économie. En clair et rapide, la France n'est pas un partenaire, elle fait vivre 14 millions d'individus. Vivre est un grand mot pour un fort pourcentage de la population comme vous aurez à loisir l'occasion d'en prendre conscience.

Sinon pour l'agriculture, il faut différencier deux choses. D'une part la culture de rente qui est exportée et quasiment pas consommée sur place. Son prix dépend des marchés internationaux, on dit qu'il est exogène au pays. Le hic dans l'affaire c'est que le pays vend son coton (la rente burkinabé) moins cher qu'elle ne le rachète transformé en Europe et de plus en plus en Asie.
D'autre part la culture vivrière qui nourris la population. Son prix dépend cette fois de l'offre et le damande sur le marché burkinabé.Le hic ici c'est d'abord la dépendance climatique et acridienne (les criquets ont ravagés les cultures l'années dernières et les larves menancent cette année) et ensuite une règle simple en économie. Quand le marché est saturé les prix chutent. Pourquoi? parce que ce qui est rare est cher, sans quoi la concurrence fait chuter les prix. On devine à quel point elle peut être acharnée dans les conditions de misère de la population. LE paradoxe c'est donc qu'en année de bonne récolte (oh! miracle) les prix chutent et les paysans en souffrent.

Autre choses encore, d'après le classement officiel 2002 de l'Indice de Développement Humain (IDH) le Burkina est le troisième pays le plus pauvre au monde (en terme de condition de vie) avant le Niger et la Sierra-Leone.

Voili voilou, pour les chiffres je préfère vous envoyer vers des liens: afristat est potable en matières de données éco, pour la socio c'est déjà moins top.

www.afristat.com

En chiffre


Drapeau du Burkina Faso Posted by Hello

- 274 200 km², un peu moins que la moitié de la France. pays enclavé.
- Pays frontalier : Benin, Côte d'ivoire, Ghana, Mali, Niger, Togo.
- Climat tropical
- Altitude : entre 200m et 749m
- Ressources naturelles : Manganèse, or, sel, phosphates, marbre, chaux
- Population : 13 925 313
- 0-14 ans : 46% de la population, 15-64 ans : 51%, +65 ans : 2.8%
- mortalité infatile : 97.57 °/oo !!!
- Espérance de vie : homme : 42 ans, Femme : 45 ans (Chiffre de 2005)
- Sida, pas de chiffres de 2005, en 2003 officiellement 30 000 mort et 300 000 vivant avec VIH/SIDA
- Groupe ethnique : Mossi (plus de 40%), Gurunsi, Senufo, Lobi, Bobo, Mande, Fulani
- Religion : croyance indigène : 40%, Musulman : 50%, Chrétien (essentiellement catholique) : 10%
- Langue : Français (langue officielle)
- Instruction (pourcentage de personnes de plus de 15 ans sachant lire et écrire) homme : 36,9%, femme : 16.6% (Chiffres de 2003)
- Gouvernement : Republique de Haute-Volta, republique parlementaire, capitale Ouagadougou, 45 départements. Indépendance : 5 août 1960. système législatif collé au système français. Président : Blaise Compaore (depuis le 15 octobre 1987) élu au suffrage universel pour 5 ans avec un seul renouvellement possible (applicable qu'à partir des prochaines élections en novembre 2005). Blaise Compaore réélu par 87,5% des votants lors des dernières élections... Premier ministre : Ernest Paramanga (depuis le 6 novembre 2000)

Le Burkina reste un des pays les plus pauvres au monde. Peu de ressources naturelles, enclavé. L'agriculture (coton, arachides, sésame, sorgho, mil, maïs, riz) est très importante (concerne 90% de la population, chiffre de 2000) mais vulnérable (suivant les précipitations). Beaucoup vont dans les pays voisins pour des emplois saisonniers.

Exportation : le coton, bétail, et l'or vers Singapoure (13.3%), la Chine (12%), la Thaïlande (8%), l'italie (6.4%), Le Ghana (5.5%), la Colombie (5.4%) et la France (5.1%)

Importations : besoins d'équipements, produits alimentaires, pétrole depuis la France (30.7%), la côte d'ivoire (14.4%), le Togo (8.8%) et la Belgique (4.9%)

Télephone : 65 400 lignes en 2003
Télephone portable : 227 000 en 2003
Utilisateur d'internet : 48 000 en 2003

622km de voies férées
12 506 km de voies routières dont 2001 goudronnées
33 aéroports dont avec des pistes goudronnées.

(Source : CIA)

Vue d'ailleurs

31 MAI 2005 - BURKINA FASO / FRANCE / UE / REFERENDUM
Constitution européenne: le "non" de la "fracture sociale" en France (presse)
La presse burkinabè estime mardi que le rejet par les Français du projet de Constitution européenne a mis à nu "la fracture sociale" qui couvait entre les dirigeants et le peuple français. "Le vote massif et franc des Français contre la constitution européenne traduit une rupture entre la France d'en-bas et celle d'en-haut, la dernière n'arrivant plus à répondre aux interrogations fondamentales de la première, pour cause de mondialisation +mal digérée+", écrit le quotidien officiel Sidwaya. Sidwaya estime également que le rejet du projet de texte est une "défaite personnelle" du président Jacques Chirac. C'est "la phobie de nouveaux venus dans l'Union et l'accumulation de certaines frustrations qui ont certainement été des facteurs déterminants en faveur du +non+", commente le quotidien privé Le Pays. Ce "désaveu cinglant" est "fatale pour l'image" du président français et, plus que la Constitution européenne, "ce sont les dirigeants français qui ont été sanctionnés", ajoute le journal, redoutant que "le non français n'influence" le processus référendaire dans les autres pays européens. Mais ce rejet semble satisfaire les Africains et leurs dirigeants "hantés par la peur que l'aide en direction du continent noir soit réduite définitivement à sa portion congrue, au profit des pays de l'Europe de l'Est", juge Le Pays.

09 juin 2005

Tomas Sankara

Emission du samedi 23 février 2002, "Rendez-vous avec X" de Patrick Pesnot sur Fance Inter.
Ecouter l'émission (15 Mo, 30mn)

THOMAS SANKARA

15 ans après sa mort, il reste un héros pour la jeunesse africaine. Thomas Sankara ! Un simple capitaine qui avait débaptisé son pays, la Haute-Volta, pour l'appeler le Burkina-Faso, c'est à dire « la Terre des Hommes intègres » ! Tout un programme, à l'image de cet homme qui voulait être avant tout « le président des pauvres » !
Le Burkina-Faso n'a pas changé de nom mais Sankara a été assassiné ! Et la « Terre des hommes intègres » vit toujours dans le souvenir de cette figure mythique. Pourquoi a-t-on éliminé ce jeune révolutionnaire ? Qui a pris la décision de le faire disparaître ? La procédure judiciaire, qui est toujours en cours, n'a pas permis de répondre à ces questions. Mais il est évident que le bouillant capitaine gênait beaucoup de monde. Et pas seulement dans son pays !
Monsieur X m'a souvent parlé de l'Afrique où, dans les soubresauts de la décolonisation, les services secrets ont joué un rôle toujours trouble et parfois néfaste. La France, en particulier, a maintes fois été tentée d'intervenir dans ses anciennes colonies où elle a gardé de nombreux intérêts et qu'elle considère, à tort ou à raison, comme sa chasse gardée. Or, on ne peut éviter de le souligner, la disparition de Thomas Sankaraa eu lieu en 1987, sous la première cohabitation, et alors qu'un certain Jacques Foccart était à nouveau en charge des affaires africaines à côté du Premier ministre. Foccart, l'homme qui, auprès du général de Gaulle puis de Georges Pompidou, a exercé une tutelle vigilante sur l'Afrique francophone à travers ses réseaux. Nous verrons avec Monsieur X si la France a été mêlée à cette sombre affaire.
Auparavant, je vous propose ces quelques lignes extraites de l'hebdomadaire Jeune Afrique. Elles expriment bien ce qu'était Thomas Sankara et ce qu'il symbolisait pour les Africains.
"Thomas Sankara fait irruption, le 4 août 1983, dans le train-train quotidien d'une génération en mal de repères. Penser en Afrique était alors risqué. Rêver, quasiment prohibé. Pas un Lumumba, pas un Nkrumah à l'horizon, pour faire la nique aux baronnies et aux conservatismes qui, presque partout, se sont installés au pouvoir. Le coup d'Etat du 4 août - c'en était un - installe aux commandes d'un des pays les plus pauvres du monde un jeune officier de 33 ans passablement différent des autres. Gueule de crooner, crâneur, le sens de la formule, la répartie facile, magicien du verbe préoccupé par le sort des démunis et des marginaux, bref, tout à l'opposé des Houphouët, Bongo, Kountché, Mobutu et autres Eyadéma. L'intrus imposa d'emblée son style chez lui et alentour. Le cocktail Sankara ? Un zeste de marxisme, un soupçon de guévarisme, un rien de panafricanisme et d'humanisme chrétien - il échappa en effet de peu à la prêtrise. « Il utilisait volontiers un vocable marxiste, faute de mieux. Il cherchait surtout à secouer les cocotiers », souligne l'universitaire béninois Stanislas."
Tel était donc l'homme qui a été abattu d?une rafale de mitraillette le 15 octobre 1987.

Livres :

Foccart parle : entretien avec Philippe Gaillard
De Philippe Gaillard/Jacques Foccart
Edité chez Fayard/Jeune Afrique -
Sortie 1995

La Françafrique, le plus grand scandale de la République
De François-Xavier Vershaeve
Edité chez Stock -
Sortie 1998

Mémoire meurtrie
De Jean-Christophe Mitterrand
Edité chez Plon -
Sortie 2001

Biographie de Thomas Sankara : la patrie ou la mort
De Bruno Jaffré
Edité chez L'Harmattan
Sortie 1997

08 juin 2005

Medias

On peut rajouter:

L'hebdomadaire et Télé Yaka. Mais je sais pas comment on fait.

Infos diverses

Pour un panel d'infos sur différents sujet le site izf est pas mal fournis.
On y trouve une carte de Ouaga (qui vaut pas grand chose quand même):


ouagadougou Posted by Hello
J'habite à la croix rouge (littéralement).

Le site:

www.izf.net

Musique


Gabin Dabiré Posted by Hello

Premier album burkinabè que j'ai écouté. Il s'agit d'un album de 1997 de Gabin Dabiré : "Afriki Djamana - Music from Burkina Faso", musicien globe-trotter, établi en Italie où il anime un Centre de promotion et de diffusion de la culture africaine, mêle musique indienne, chant grégorien et mélodie mandingue (Mais cet album est très traditionnel). Gabin Dabiré viens de la tribu Dagari au Burkina Faso, proche de Ghana et de la côte d'ivoire. De nombreux instruments sont utilisés comme la lunga (tambour sablier), guitare, flute.

Un titre dont j'ai trouvé une traduction :

- Manamanako (Strange Things)

Don't get too big for your breeches, boy, i won't stand for it.
Everybody tells you they don't want it.
Hey! Don't get too big for your breeches, boy,
I won't stand for it, i don't want it.

What are you looking for, boy ?
What are you trying to ask ?
Little man, why don't you find something to do!
A jump of pride, and the old man will help you.

Don't get too big for your breeches, boy, i won't stand for it.
Everybody tells you they don't want it.

Et en version originale (en Bambaré, et oui, Gabin Dabouré ne parle pas mooré mais Dagari et Bambara) (tous les o ont des accents grave) :

Mana Mana Ko

denmisèn manamanako lè nè n't'a rà
mogo bè ko manamanako lè nè n't'a fè
ee manamanako lè nè n't'a rà dè
ee manamanako lè nè n't'a fè
denmisèn ni ki bi mù nyninà dè, k'i
mogo dèn k'i bi mù ndari dè, k'i
cè dèni k'i ti fè ki yèrè fasi
pan k'a wili cokorobà bi dèmè dèmè
ne t'a fè dè
fantan wulidi dè
ki bi fè k'a mùu kè denmisèn
kan k'a nyùgùn bolo minà
ee manamanko lè nè n't'a rà
mogo bè ko manamanakolè nè n't'a fe

Parlons Mooré

J'ai acheté le bouquin en librairie (pas mal du tout d'ailleurs cette librairie de l'harmattan, de nombreux romans, contes, guides africain classé par pays ou auteur).

"Parlons Mooré" de Bernard Zongo (2004) semble bien construit. Il s'articule autour de quatre principales artères :
- Invitation à la découverte, en chiffre et en lettres, du "pays des hommes intègres".
- Description de la langue.
- Exemples concrets d'exploitation de la langue dans des situations de communication quotidiennes.
- Culture Moaaga, faits sociaux, idéologiques et esthétiques. (Très interessant, montre bien l'impact de la culture moaaga dans la langue)

Une filmographie burkinabè très fournie est incluse et à la fin de l'ouvrage, un mini-dico français-mooré mooré-français d'environs 600 mots.

07 juin 2005

Balades

Donc sur la carte je suis allé à Ouhigouya: deux heures et demis de car.

Le we dernier c'était Kaya et Kongoussi: Deux grosses heures pour Kaya en 4*4 et une bonne heure pour kongoussi la route étant non goudronnée mais plutôt bonne. Jolie vue sur le lac de Bâme (si j'ai bien compris), la plus grande réserve d'eau naturelle du pays.

La destination du Sahel c'est gorom-gorom mais comme je vous le disais la route est souvent impratiquable en saison des pluies.

Au fait si vous envisagez de quitter le pays (on sait jamais ça peut-être une option) n'oubliez pas de demander des visas multiples à l'ambassade boulevard Haussman. Vous êtes au courant que c'est super rapide, vous remplissez le formulaire le matin et vous passez le soir récupérer votre visas. Bien faut laisser le passport, deux photos et le règlement.

Pour les glandus le visas se fait très bien à l'arrivé à Ouaga (de toute façon la queue est longue et les douaniers assez lent, don autant attendre en faisant qlq chose: oui! bon c'est un point du vue que je n'ai pas mis en pratique alors...).

Renseignements "aide"

Hier soir un pote est passé une heure avant l'étude et a tenu à me raconter sa foi (new age, tout un poême).
Donc pas d'étude, j'ai pensé qu'il valait mieux que je l'écoute. Et aussi j'ai pas résussis à le foutre dehors faut bien le dire!
Dimanche au culte au plus tard, avant pt-ê...

Cartes du Burkina Faso


Carte Posted by Hello

La carte au format pdf en définition maximale
Je n'ai rien trouvé de mieux pour le moment. Sur amazon, une carte IGN au 1/ 1 000 000 est à vendre pour 8 ou 9 euros, mais je n'ai pas trouvé plus précis.

Billets d'avion

Nous passons par Point Afrique pour un vol :
Paris - Ouagadougou le 27 juillet 2005 : 299 euros ttc
Ouagadougou - Paris le 17 août 2005 : 252 euros ttc
S'ajoute la taxe de sécurité (Allez-Retour) pour 8 euros, la taxe d'aéroport Ouagadougou pour 58 euros et l'assurance d'annulation vol sec (facultative) pour 26 euros.

Soit un total de 643 euros par personne.

La franchise est de 40kg à l'aller et 30kg au retour. (6 euros par kilos supplémentaire).

Site de Point-Afrique

Météo

Pour avoir les prévision à 4 jours à Ouaga : Météo à Ouagadougou
Le mois d'aout est le plus pluvieux (12 jours de pluies dans le mois très changeant suivant les années) et le moins chaud (22°C la nuit, 31°C le jour).

06 juin 2005

mooré

Je propose un dico de mooré qu'on trouve dans la rue.

Radio Savane FM

Bon désolé c'est moi qui change tous les messages.
Jimmy conseillait radio savane parce qu'on peut l'écouter sur le net.
J'imagine que sur google ça se trouve facilement

Info sur la sous-région

Je constate que dans les journaux proposés (qu'on lit d'ailleurs tous les matins ici) par jimmy ne figure pas le généraliste sur l'afrique: L'intelligent. Le site permet de suivre d'un coup d'oeil l'actualité africaine.

Pour ceux que ça intéressent:

www.jeuneafrique.com

Librairie

Librairie Harmattan
Tous livres disponibles sur l'Afrique, l'Océan Indien, les Antilles, le monde Arabe, l'Asie, l'Espagne, le Portugal et l'Amérique Latine

16 rue des Ecoles
75005 Paris
10h-12h30 / 13h30-19h
tel. 01 40 46 79 11
Site de la librairie

En particulier, un bouquin semble intéressant :
Parlons mooré
Langue et culture des mossis
Bernard Zongo


Parlons Mooré Posted by Hello
Cet ouvrage se propose trois objectifs : faire découvrir un pays, le Burkina Faso ; initier à une langue africaine : le mooré, une des trois langues des cultures nationales du Burkina Faso ; établir un dialogue des cultures en prenant comme matrice la culture moaaga.

La méthode utilisée cherche à établir une connexion entre les mots de la langue et la charge culturelle qu?ils véhiculent en contextualisant les énoncés. Autrement dit apprendre la langue en la posant à la fois comme fait culturel et social.

ISBN : 2-7475-6802-4 - septembre 2004 - 216 pages
Prix éditeur : 19 euros / 125 FF
Bonjour,

Juste pour mettre ma patte sur ce euh "truc". Oui bon je suis pas trop familier de la chose.
Enfin ce soir je vais à mon étude du lundi et je me renseignerais sur les quelques possibilités "d'oeuvre". J'aime ce petit mot tout héroïaue et si humble à la fois. A un point tel que ça veut plus dire grand chose d'ailleurs.

Bonne journée à tous,
à bientôt.

05 juin 2005

1er test sur le blog

En route pour le pays des hommes intègres!

04 juin 2005

Ouverture

Bonjour à tous, commençons!